L’exemple de Petté

Promotion de la santé dans le cadre d’une structure de soins curatifs

Von Anne-Marie Schönenberger / Fondation Sociale Suisse du Nord Cameroun

L’hôpital de Petté au Nord du Cameroun est un hôpital général de soins curatifs (médecine, chirurgie, maternité, labo, radiologie) avec 150 lits, ouvert en 1968. L’hôpital, qui est un centre agréé de prise en charge des personnes vivant avec le virus du Sida (150 malades sous trithérapie), inclut un centre de médecine préventive, (15 postes de protection maternelle et infantile, vaccinations, éducation nutritionnelle, planning familial, prévention des MST, Sida) et un centre de promotion de la santé qui sera l’objet de cette présentation.

La promotion de la santé à Petté passe assurément par les femmes, mais aussi par les jeunes. Toutes les actions de promotion entreprises doivent être utiles à court et long terme pour être acceptées, elles doivent être également génératrices de revenus pour que la mobilisation soit effective. Dans la recherche de nouvelles activités à proposer il est donc très important de chercher des créneaux qui permettront un meilleur revenu familial, géré par les femmes. Voici les principales réalisations de ces dernières dix années :

Hydraulique villageoise: il s’agit pour l’équipe de l’hôpital de sortir des discours stériles concernant l’hygiène alors que l’eau manque cruellement. Dans le cadre du projet gouvernemental de forages de puits, nous avons aidé les villageois à préparer leurs dossiers et nous avons doublé leurs cotisations pour arriver à la somme requise. 65 forages ont été réalisés, avec des comités responsables. Les pompes Vergnet sont régulièrement entretenues par un mécanicien agréé, un magasin de pièces est disponible. Les cotisations villageoises permettant l’entretien sont gérées par l’équipe technique de l’hôpital. Nous essayons d’inclure dans ce projet les responsables de la commune rurale de Petté. La bonne gestion de ces économies villageoises permet de couvrir les frais d’entretien et de déplacement de la «moto puits».

Lavoirs pour les femmes: des lavoirs sont préfabriqués à Petté puis installés par groupe de 4 à proximité des puits. Les femmes peuvent donc faire la lessive sur place. Les eaux usées sont collectées dans une fosse et peuvent être réutilisées pour la fabrication de briques en terre. Plus récemment il a été décidé d'élargir la dalle cimentée de propreté pour des raisons évidentes.

Moulins à mil dans les villages: des aides ponctuelles nous permettent de faire placer des moulins à mil dans les villages : quel soulagement pour le quotidien des femmes ! Un artisan réparateur assure installation et entretien ainsi que l’initiation pratique du nouveau meunier.

Espace «Avenir Femmes de Petté»: un complexe de trois bâtiments avec abris pour séchoir solaire, jardin, terrain de sport et champs disponibles pour les cultures lors de la saison des pluies, a été ouvert en mai 2001.

Des jeunes filles non scolarisées de 14-17 ans sont au centre pour 1-2 ans de formation générale (hygiène, cycle de la femme, grossesse, accouchement, planning familial, instruction civique, langage, lecture, écriture, expression, géographie humaine, avec formation pratique à la boulangerie, au jardin, au poulailler, à la couture et au tissage).

Un groupe «Entente femmes de Petté» a pris la boulangerie en charge : le four traditionnel sort 200 pains et 50 brioches tous les jours. Le charbon de bois retiré du four se vend par sac. Tout est vendu par le soin des femmes et le bénéfice est là pour chacune.

La production de yaourts se fait à partir de lait frais ou de lait en poudre : les opercules des petits pots sont collés hermétiquement avec un simple fer à repasser !

Des fromages blancs sont produits avec du lait frais chauffé et coagulé avec quelques gouttes de lait de « banbambi » (Calotropis procera) d’après la recette des peuls nomades du Niger.

Des mangues, des bananes, des gombos, des tomates, des oignons sont séchés dans le séchoir solaire construit dans les ateliers de l’hôpital, puis ils sont mis en sachets sous vide, étiquetés et mis en vente. Bio garanti !

Le tissage traditionnel du Diamaré se perd : les femmes le pratiquent à nouveau avec le métier droit prévu pour les tissus «godon» et avec le métier allongé ( souvent réservé aux hommes, mais admirablement utilisé par les femmes) pour les bandes à motifs coloriés.

«Artisanat femmes de Petté»: il s’agit là d’un atelier de couture produisant des sacs divers, des jouets en pagne (éléphants, singes, poupées, etc), des vêtements d’enfants ou utilitaires. Les linges de l’hôpital sont produits et entretenus dans cet atelier. La broderie traditionnelle sur godon offre des nappes magnifiques (production sur commande). Plus récemment le groupe Artisanat a ouvert un autre atelier dans le village de Djoutabembal permettant à d’autres femmes d’accéder à un petit gain.

Une équipe de théâtre s’est révélée à l’occasion de la Journée Mondiale de la Femme : rien ne vaut l’éducation par le mime, le rire, la satire ! Le répertoire comprend des sketchs sur la polygamie, le mariage précoce, le sida, les tests de dépistage avant mariage.

Une équipe de foot «Stop Sida» est sponsorisée et encouragée. Des tournois sont organisés, mais aussi des tables rondes et discussions diverses. L’admission de l’équipe en 2éme division est en cours. Bravo !

Appui scolaire (secteurs primaire et secondaire): location de manuels scolaires à l’année, fourniture de mobilier fabriqué à la menuiserie de l’hôpital, projections de vidéos éducatives, jeux. Tout récemment un puzzle de l’Afrique a été mis au point par notre artiste de menuisier, Hamidou. Déjà les commandes arrivent pour différentes écoles.

Les projets ne manquent pas : décentralisation des activités vers les villages les plus dynamiques, introduction de cultures maraîchères par irrigation continue au goutte à goutte, coordination avec le projet canado-camerounais de production d’oignons dans la province et introduction du séchage des oignons. L’électrification de Petté prévue pour la fin de l’année permettra peut-être la pasteurisation du lait et sa conservation dans cette région d’éleveurs : tout ceci à petite échelle bien sûr.

*La Dresse Anne-Marie Schönenberger est médecin-chef de l’hôpital de Petté. L’hôpital est soutenu par la Fondation Sociale Suisse du Nord-Cameroun, Ch. du Champ-Rond 1, 1010 Lausanne