Linking HIV and SRHR

L’encadrement et la responsabilisation des jeunes

Von Blaise Komlan Sedoh

Pour mieux répondre aux besoins des adolescents et jeunes, la Croix-Rouge Togolaise a créé 13 Centres Conviviaux et d’Ecoute de Jeunes en coopération avec l’UNFPA, la croix rouge Danoise et les départements d’état : le Ministère Santé, le Ministère de la Jeunesse, le Ministère de l’Action sociale, les structures décentralisées et les ONG locales. Ces centres intègrent la santé sexuelle et de la reproduction des jeunes et adolescents, le VIH et le SIDA et les droits.

Au Togo, environ la moitié de la population a moins de 15 ans. Le groupe des jeunes et des adolescents représente 30% de la population Togolaise, soit 1,2 millions. Au delà des risques de morbidité et ses conséquences de toute sorte au cours de la petite enfance, ce sont les dangers liés à l’apprentissage de la vie qui défient les jeunes et les adolescents.

L’analyse de la situation montre que les jeunes et adolescents ont besoin des cadres et structures communautaires pour leur bien-être sanitaire et moral puis pour leur épanouissement. Mais toutes les structures n’offrent pas les services adaptés aux besoins des jeunes et adolescents. L’évolution physique, psychologique et les changements qui leur sont liés nécessitent un accompagnement et un encadrement particulier. A défaut des personnes ressources qui savent les écouter et les comprendre, les jeunes et adolescents se confient entre eux souvent pour obtenir des conseils en ce qui concerne les besoins liés à leur évolution et à la leur sexualité. Malheureusement, ils se donnent souvent de faux conseils et lorsqu’ils se tournent vers les adultes ils ne sont pas écoutés.

La création de centre convivial des jeunes en Santé de Reproduction (SR) et VIH répond à ces besoins des adolescents et jeunes.

C’est quoi un centre convivial de jeunes?

Le Centre Convivial et d’Ecoute des Jeunes (CCEJ) est une structure physique équipée de matériels de bureau, de supports éducationnels en matière de SR et VIH mais surtout de jeux de société et de jeux éducatifs. Ce cadre comporte également d’équipements audio, de télévision avec antenne parabolique. C’est donc une cadre convivial pour les jeunes avec un encadrement multi sectoriel et varié. Dans le centre cohabitent un personnel de santé, un cadre de jeunesse, des volontaires de la croix rouge, de « Peace corps » américains, des femmes leaders. Le centre facilite également la collaboration avec les acteurs de développement local, les ONG, les autorités et les parents d’élèves. Les centres de jeunes sont gérés par la Crx rouge togolaise grâce à l’appui financier de la CRD (2007) et avec l’UNFPA depuis 2009.

Les cibles prioritaires sont les adolescents et jeunes de 10-24 ans, Les jeunes adultes de 25 à 35 ans, filles et garçons. Environ 20 jeunes pairs fidèles qui sont modèles et qui sont fidèle au centre relais les informations et participent à l’encadrement de leurs pairs dans le centre et en dehors du centre, dans les écoles, les structures de formations professionnelles et ateliers. Les parents, enseignants, éducateurs, leaders des ONG, leaders des associations et communautaires sont également associés. La contribution des femmes surtout celles organisées au sein des clubs de mères s’avère efficace.

Des lieux d’accès facile à l’information

Comment la notion de Santé de Reproduction (SR) en lien avec le VIH et les droits des jeunes et adolescents constituent sont pris en compte dans fonctionnement des centres? Les échecs scolaires, les grossesses précoces, les activités sexuelles précoces et leurs conséquences, le manque de communication entre adultes et les jeunes (les conflits intergénérationnels) la délinquance et l’exposition à la prise des stupéfiants sont les menaces fréquentes dans nos communautés.

Pour résoudre ces problèmes liés souvent liés à une santé sexuelle mal gérée et mal vécue à l’exposition au VIH, aux IST, un centre convivial constitue une alternative dans l’encadrement, l’orientation des jeunes par les jeunes avec la contribution des différents acteurs intervenant dans le domaine.

Les centres sont donc des lieux d’accès facile à l’information. Les animateurs formés procèdent à l’organisation des séances d’échange entre les jeunes, aux conseils-dépistage VIH et les consultations médicales. Le personnel organise aussi des sessions de formations pour le renforcement de capacités des jeunes en SR pour la paire-éducation à travers les IEC/CCC (Information - Éducation - Communication / Communication pour le Changement de Comportement). Chaque centre convivial dispose des clubs antisida animés par les jeunes au sein de leur structure de formation (école et ateliers), périodiquement l’ensemble se retrouve dans des cadres d’échange, les pools de discussions entre adultes et jeunes. Enfin le personnel du centre et les pairs fidèles mobilisent les jeunes autour des problèmes spécifiques et procède aux visites à domicile pour l’accompagnement et le soutien des jeunes au besoin.

Mais le défi actuel est orienter de façon judicieuse les jeunes dans leur choix. Car avec l’autoroute de la communication et de l’information, les jeunes s’informent davantage et deviennent plus curieux.

Les résultats et les leçons apprises à ce jour

Au plan institutionnel, tout le monde s’accorde à reconnaitre que l’acquisition des compétences les jeunes, la présence plus accentuée et la responsabilisation des jeunes facilite la gestion de leurs besoins; les structures préfectorales de l’Etat (Direction Préfectoral Santé, Direction de l’action sociale, Inspection de la jeunesse) et au niveau central (Service National Santé des Jeunes et Adolescents et le Conseil National de Lutte contre le Sida) en collaboration avec (CRT) s’unissent pour développer les structures communautaires adaptées aux besoins des jeunes et adolescents.

Au plan de changement de comportement : On note une demande croissante de dépistage (750/CCEJ en 2010), le refus le mariage précoce et ou imposé, la réduction cas grossesses précoce (0 cas de grossesse à CCEJ Mango 2009/2010), les droits des enfants et des jeunes sont plus connus (parents). On note également une convivialité entre les jeunes des différents quartiers qui s’instaure et surtout les discussions des sujets tabous.

Enfin, les communautés commencent par se rendre compte des besoins réels des jeunes et s’y intéressent e certains jeunes ont des agendas de fréquentation du centre.

Il est nécessaire, qu’en terme d’approche de solutions pour les questions de la santé sexuelle et reproduction des jeunes, du VIH et du SIDA mais aussi des droits humains de tenir compte des préoccupations des populations dans l’acquisition des connaissances nouvelles ou de consolidation des anciennes. Il est utile d’engager la responsabilisation des jeunes dans la gestion communautaire et sur les principes «compétences et pratique des droits». La collaboration systématique avec les femmes et les groupements de femmes est d’une valeur ajoutée essentielle. Ainsi le renforcement de capacité et l’implication des femmes dans les interventions de communication pour le changement de communication, leur relation avec les centres conviviaux de jeunes renforce l’éducation de base des jeunes, le dialogue avec les hommes sur les notions de droits et sur les questions liées surtout à l’éducation de la jeune fille en matière de santé sexuelle.


*Blaise Komlan Sédoh est le coordinateur national du programme VIH et SIDA du Croix-Rouge Togolaise (CRT). De plus, il est personne Personne point focal pour le programme santé de la reproduction et VIH jeunes et femme avec l UNFPA-Togo au sein de la CRT et Chair person de Red Cross/ Red Crescent Aids Network – West Africa and Central Africa (RAN-WAC). Contact: btsedoh@yahoo.fr / btsedoh@laposte.tg/ blaise.sedoh@gamil.com

Abstract
Youth friendly centre in Togo: Coaching and empowerment of youth
In order to address the needs of youth and adolescents, the Togolese Red Cross initiated and runs a Youth friendly and counselling center in Mango, Togo, in cooperation with the UNFPA, Health Department, Youth Department and NGOs. The centre offers easy access to information, sports and games, discussion groups, peer to peer counselling, etc. Through coaching and empowerment, the youth develop a sense of responsibility towards sexual and reproductive health, HIV and rights. As a result, an increasing number of people go for HIV testing, girls and boys reject early or forced marriage, the number of early pregnancies was reduced to 0 in the center in Mango 2009/2010) and taboo topics are being discussed.