Éditorial

Un réseau riche de toutes ses composantes

Von Thomas Vogel

Alors que la page 2015 est tournée et que les premiers paragraphes de 2016 sont déjà bien ébauchés, je voudrais revenir sur quelques grandes satisfactions des mois passés : tant le Secrétariat général, le Comité que les membres du réseau ont eu de quoi se réjouir de transformations et des réalisations récentes.

 Un réseau riche de toutes ses composantes

Membres du Réseau Medicus Mundi Schweiz discute la position de MMS envers concernant le message du Conseil fédéral sur la coopération internationale de la Suisse 2017-2020 (Photo: © MMS).

 

La période écoulée nous a permis de conforter les options prises pour un réseau plus proche de ses membres : nous avons pu confirmer l’intérêt pour des processus plus participatifs et ainsi rendre au réseau sa dimension véritablement collaborative. Ces développements ont reçu un écho favorable à tous les niveaux : les membres se sont fortement impliqués dans les discussions stratégiques, la DDC a reconnu la valeur de cette nouvelle gouvernance du réseau, les partenaires de l’Administration fédérale ainsi que les parlementaires se sont davantage intéressés à nos activités. Ainsi, des appels à la collaboration nous ont plusieurs fois été adressés. Mentionnons également que la portée du réseau Medicus Mundi Suisse s’est fortement accrue avec le développement d’activités visibles de sensibilisation, de plaidoyer et parfois de lobbying. Enfin, mentionnons qu’avec les mandats que nous réalisons pour Medicus Mundi International ou pour le Swiss Malaria Group, notre assise s’est renforcée et notre exposition s’est accrue. On peut aujourd’hui raisonnablement affirmer que dans le paysage national, le réseau Medicus Mundi Suisse a atteint sa maturité et est devenu l’acteur de référence lorsqu’il s’agit d’aborder la question de la coopération internationale en matière de santé. À chacun des évènements, à chacune des occasions de participer à la vie du réseau nous voyons davantage d’intérêt, d’implication et même d’appropriation des sujets traités.

2015 aura été donc été une année gratifiante, mais aussi une année d’efforts et de défis que nous sommes heureux d’avoir pu surmonter. Ceci est en grande partie à attribuer à l’appui d’un Secrétariat toujours compétent et dévoué. Que toute l’équipe du Secrétariat soit remerciée pour son travail assidu et couronné de succès.

Pour l’année 2016, nous espérons garder la même dynamique positive. Nous continuons de voir l’intérêt pour notre Réseau et pour la santé pour tous croître en Suisse et nous voulons continuer à susciter la réflexion et l’échange. Ainsi, nous voulons poursuivre notre rôle de synapse, de connecteur entre les membres du Réseau. Car, oui, j’en suis convaincu, le Réseau Medicus Mundi Suisse agit comme les synapses, il met en contact ses membres, promeut l’apprentissage et stimule l’activité. J’y vois d’ailleurs beaucoup de similitudes avec la règle de Hebb* ! Peut-être (ré-)affirmerons-nous tous ensemble ce besoin d’être stimulé lors de la formulation de la prochaine stratégie pluriannuelle 2017-2020.

En conclusion : soyons fiers d’être membres d’un Réseau porteur d’une vision et capable de stimuler une intelligence solidaire. Soyons fiers d’être membres d’un Réseau qui regarde le monde tel qu’il est pour le transformer tel que nous voudrions qu’il soit. Et souhaitons que les membres du Réseau continuent de se stimuler réciproquement, continuent de renforcer les liens qui les unissent et poursuivent des échanges fructueux pour tracer la voie vers une Suisse solidaire et engagée pour la santé pour tous.

* Cette règle suggère que lorsque deux neurones sont excités conjointement, il se crée ou renforce un lien les unissant.

Thomas Vogel

Thomas Vogel, Président du Réseau Medicus Mundi Suisse