Dialogues autour des politiques de développement

Amener expérience et compétences sur la scène politique

Von Martin Leschhorn Strebel

Le Réseau Medicus Mundi Suisse prend part aux débats en matière de politique de développement. Quels sont ses interlocuteurs ? Et pour quelles raisons entretenir ce dialogue ?

Amener expérience et compétences sur la scène politique

Les dialogues relatifs aux politiques de développement couvrent principalement les échanges autour de la coopération en matière de Santé et de la Santé Mondiale. Le Réseau Medicus Mundi Suisse (MMS) y a contribué par le biais de ses 50 organisations membres qui nourrissent de leurs compétences les discussions menées avec les organisations, institutions et autres groupes d'individus externes également impliqués dans la coopération pour la santé ou prenant des décisions liées à la coopération pour la santé ou la Santé Mondiale. Il s'agit par exemple traditionnellement de la Direction du développement et de la coopération (DDC) ou encore de l'Office fédéral de la santé publique.

Leurs compétences spécifiques sont particulièrement précieuses, car elles reposent sur une expérience concrète du terrain. En outre, nous nous faisons également le porte-parole des populations locales du Sud au sens large, directement concernées par l'issu des débats, et ce toujours dans l'optique de plaider en faveur d'un droit à la Santé.

MMS s'engage également dans les dialogues en matière de politique de développement afin de sensibiliser les différents acteurs à ses positions et d'améliorer la qualité de la contribution de la Suisse à la Santé Mondiale. Plus concrètement, au cours de l'exercice de 2015, certaines des organisations membres ont présenté le projet de programme international de santé de MMS (Strategic Framework, Global Health 2015-2019) et ont échangé à ce sujet avec les responsables de la DDC. À l'inverse, nous apprenons également beaucoup des échanges auxquels nous participons, ce qui représente d'ailleurs l'une des motivations centrales de notre participation aux dialogues relatifs aux politiques de développement. Nous découvrons de nouveaux points de vue sur la coopération pour la santé, sommes sensibilisés à de nouveaux thèmes sur lesquels nous sommes invités à nous pencher. Idéalement, ces dialogues se présentent également comme une occasion d'affiner nos approches et nos positions. Et tous ces enseignements nourrissent nos débats internes et nos processus d'apprentissage.

Un exemple, le message concernant la coopération internationale de la Suisse

Le développement du nouveau message de l'office fédéral suisse relatif à la coopération internationale 2017-2020 (en Allemand, IZA-Botschaft) a également constitué un travail de titan pour le réseau MMS. La DDC a délibérément recherché en amont à établir un dialogue avec la société civile. En tant que réseau, notre objectif était de coordonner les engagements de nos organisations membres pour dessiner une unique position et de faire par la suite valoir cette position commune lors des débats.

Lors d'un atelier organisé en juin ayant accueilli 21 participants, les organisations membres ont développé leur vision commune du message à venir. Ils souhaitaient effectuer un examen approfondi de la future stratégie de politique de développement de l'Office fédéral, afin de déterminer les éventuelles répercussions de la politique de développement suisse globale sur la santé dans les pays en voie de développement, les pays émergents et les pays en transition économique.

Dessiner une telle approche consistant à inclure la santé dans tous les domaines politiques (PAHO: About Health in All Policies) n'était pas une tâche facile : il ne suffisait en effet pas de se concentrer sur l'analyse des aspects du projet de message relatif à la coopération matière de santé au sens strict. Il fallait considérer l'ensemble du champ d'action, qui ne concernait pas seulement le travail réalisé traditionnellement pour les pays du Sud, mais également qui comprenait également l'aide humanitaire au sens large, le Corps suisse d'aide humanitaire, les mesures économiques et commerciales adoptées dans le cadre de la coopération en faveur du développement ou encore la coopération en faveur de la transition des pays d'Europe de l'Est et d'Europe centrale. (cf. Bulletin MMS N° 136 : Défis pour la politique et coopération au développement suisse (Entwicklungspolitik, Gesundheit und das liebe Geld))

Nous avons enfin également défendu ce point de vue lors de la réunion d'échange organisée par la DDC afin d'inclure notre approche dans le message. Un aspect très spécifique du message, le rôle de la santé dans le cadre de l'aide humanitaire, a ensuite été abordé.

Enfin, le comité MMS souhaiterait également que l'attention nécessaire soit accordée dans le futur au dialogue relatif à la politique de développement. Cela signifie également assumer sa responsabilité sociétale et faire valoir d'une seule voix les compétences et le savoir de ses 50 organisations de la société civile et institutions scientifiques afin de les mettre pleinement à profit en Suisse. 

 

Groupe parlementaire pour la Santé Mondiale

(Foto: Thomas/flickr)

Lors de la session d'hiver 2015 du parlement, la conseillère aux États Liliane Maury et la conseillère nationale Rosmarie Quadranti ont lancé le groupe parlementaire pour la Santé Mondiale. Celui-ci est né d'une initiative du Réseau Médicus Mundi Suisse en collaboration avec le Swiss Malaria Group. Plus récemment, un voyage d'étude en Tansanie a été organisé en 2015 pour les parlementaires avec la participation de MMS.

Le Groupe parlementaire pour la Santé Mondiale aspire à se pencher plus en détail sur les questions de santé à une échelle internationale et à ainsi définir où des interventions communes sont nécessaires. Rosmarie Quadranti a déclaré à l'occasion de la réunion de constitution du groupe en février 2016 : « Les questions de Santé Mondiale  mettent à la fois en jeux les politiques scientifiques, les politiques extérieures et de développement, mais aussi les politiques de sécurité et les politiques économiques. Il serait bénéfique que nous, parlementaires, mettions à contribution les compétences dont nous disposons ici en Suisse pour faire avancer ces questions de manière critique et pour les amener sur le devant de la scène. »

Le Réseau Medicus Mundi Suisse dirige le secrétariat du Groupe parlementaire pour la Santé Mondiale.

 

Advocacy (plaidoyer) et dialogue relatif aux politiques de développement : Principaux événements de 2015

  • MMS a participé au processus de préparation du message de l'Office Féral pour la coopération internationale et a défendu à cette occasion une position commune avec et pour l'ensemble de ses organisations membres.
  • MMS a également fait du thème de la Santé la priorité de la Coopération internationale au développement de la Suisse en 2015 et a consacré son Symposium à cette question cruciale.
  • En outre, le réseau a accompagné les parlementaires lors d'un voyage d'étude organisé en Tansanie.
  • Enfin, MMS a également initié le Groupe parlementaire pour la Santé Mondiale.

 

Martin Leschhorn Strebel
Martin Leschhorn Strebel, Directeur du Réseau Medicus Mundi Suisse