Agir ensemble dans un monde en mouvement

Le Conseiller fédéral Burkhalter et le directeur de la DDC Manuel Sager réaffirmaient récemment l’importance de l’engagement de la Suisse en termes de santé globale. Un geste bienvenu de solidarité internationale en ces temps de crise migratoire.

Cette année, la rentrée s’annonce tout à fait particulière, et cette étonnante période pourrait bien se poursuivre jusqu’au symposium MMS du 28 octobre. Nous sommes face à une crise migratoire durable, qu’il faudrait en fait qualifier de crise de l’Europe occidentale dans son attitude face aux conséquences des guerres, des violences et des dictatures aux portes de l’Occident. De manière étonnante, l’attitude de rejet à laquelle on pourrait s’attendre chez nous fait souvent place à la solidarité. La population est sensible au fait que la guerre qui pousse ces femmes, ces hommes et ces enfants à s’exiler n’est pas totalement déconnectée de la politique des pays industrialisés. La réalité des arrivants et les conditions de leur fuite font mentir les slogans des prétendus «réfugiés économiques» ou du «chaos de l’asile».

Réalités au lieu des slogans

L’importance accrue de la solidarité ici en Suisse, mais aussi de la solidarité de la Suisse envers les populations du monde, devrait également devenir une priorité du Parlement à réélire le 18 octobre 2015, quelle que soit sa composition après les élections. Il s’agira de mettre l’accent sur les réalités et non sur les slogans. Une approche qui permettra de rendre visible, par exemple, l’engagement de la communauté internationale renforcé ces dernières années dans le cadre des objectifs du Millénaire pour le développement, qui a permis des avancées tout à fait considérables en termes de santé, notamment dans les pays en développement.

La solidarité internationale est efficace et doit rester le fil conducteur de la coopération suisse au développement, y compris sous le signe des nouveaux Objectifs de développement durable. Avec son volet santé, la coopération suisse au développement est particulièrement importante pour les Etats fragiles qui ne peuvent pas faire face à leurs tâches. Il est pertinent que la Suisse renforce son engagement dans ce domaine. Pour l’année à venir, notre Réseau se penchera sur ces contextes fragiles et la construction de systèmes de santé résilients et solides, en organisant diverses conférences favorisant les échanges.

Lors de la récente conférence annuelle de la Direction du développement et de la coopération, le Conseiller fédéral Burkhalter soulignait l’importance de la santé au sein de la coopération suisse au développement. Et Manuel Sager, directeur de la DDC, s’est prononcé dans le même sens à l’ouverture du Congrès européen de médecine tropicale et de santé internationale.

Mais quelle concrétisation de l’engagement suisse en matière de santé globale à l’avenir? Le symposium MMS du 28 octobre à Bâle sera l’occasion d’approfondir la question. Le temps des slogans est passé. C’est le moment de faire avancer concrètement le droit à la santé pour toutes et tous.

Martin Leschhorn Strebel
Réseau Medicus Mundi Suisse

Abonner les nouvelles