La pénurie du personnel de santé : une large solidarité

Conjointement avec 26 organisations de la coopération de la santé, associations professionnels et syndicats, le Réseau Medicus Mundi Suisse a publié mi-janvier le manifeste « Ne pas pallier à la pénurie de personnel de santé sur le dos des plus démunis ». Nous sommes naturellement partis du principe que ce manifeste allait susciter des réactions. L’envergure de la couverture médiatique nous a toutefois surpris. Des discussions sur Internet ainsi que des appels téléphoniques spontanés nous ont révélé l’ampleur de la polémique.

Pourquoi tant de personnes différentes s’intéressent au fait que le recrutement de personnel étranger de santé ait des conséquences sur l’accès aux soins de santé dans les pays pauvres ? Des motifs xénophobes peuvent être exclus au vu des commentaires très sérieux présents sur les forums Internet. Les réactions étaient beaucoup plus marquées par une sérieuse inquiétude envers les propres services de santé.

Le manifeste a clairement montré qu’une des faiblesses majeures du système de santé suisse émanait du problème essentiel constitué par le personnel. Nous essayons de réduire les coûts engendrés par le système de santé, de maîtriser les prix des médicaments. Nous établissons le nombre de lits à ajouter dans un hôpital, nous fixons où les centres cardiaques seront concentrés et où le prochain centre gériatrique sera construit. Mais les politiques de la santé semblent bien avoir omis quelque chose : à investir dans les hommes qui font tourner cette grande machinerie.

Evidemment – la pénurie de personnel est un enjeu depuis quelque temps déjà. Mais nous pensions tous qu’en recrutant des spécialistes provenant de l’étranger, nous allions gérer le problème. Le manifeste a désormais mis au grand jour les connexités globales du problème et a montré qu’il n’existe aucune solution rapide pour dominer ce dernier en ayant recours à du personnel étranger.

Encore un problème pour lequel la Suisse ne peut agir isolée mais se trouve dans un état de responsabilité globale. Les réactions à notre manifeste montrent que beaucoup de gens l’ont déjà compris. Il est temps que les responsables politiques en tirent les conclusions.

Martin Leschhorn Strebel Membre de la direction

Abonner les nouvelles