La violence envers les femmes: elle a lieu tous les jours et partout

Dans l'UE, une femme sur trois a été victime depuis l'adolescence de violence corporelle ou sexuelle. Parmi celles-ci, cinq pour cent ont été violées. Les résultats de l'étude de l'agence des droits fondamentaux de l'Union européenne(FRA) ont été publiés il y a quelques jours dans la plupart des médias suisses. L'étude fait froid dans le dos.

Et les chiffres devraient être également valables pour la Suisse. Que faire quand son amie, sa fille ou sa voisine a été violée? A Berne où j'habite, les femmes et les jeunes filles concernées (à partir de 14 ans) obtiennent, dans le cadre du «modèle bernois», de l'aide et une prise en charge médicale par un médecin de la clinique gynécologique et ce, 24 heures sur 24. Au sein de ce «modèle bernois», la clinique gynécologique, l'institut de médecine légale, la clinique universitaire d'infectiologie de l'Inselspital, la police cantonale de Berne et l'aide aux victimes travaillent étroitement ensemble pour soutenir, par le biais de leurs compétences et de leur écoute, les victimes de violences sexuelles. «La pilule du lendemain» fait partie du premier examen médical et de la prise en charge afin d'éviter une grossesse nous souhaitée. Une autre «pilule du lendemain», moins connue est également comprise dans l'offre standard: la prophylaxie post-exposition au VIH ou PPE-VIH.

Les filles et les femmes, les garçons et les hommes vivant dans un pays d'Afrique, d'Asie ou d'Amérique Latine et qui ont été victimes de violence sexuelle, se retrouvent souvent (la plupart du temps?) seuls face à cette expérience traumatisante. Les offres de conseil compétent et empathique manquent, de même que l'assistance médicale, le soutien psychologique et juridique. A cela s'ajoutent le tabou, la pudeur, le mutisme et pour terminer le sentiment d'être coupable.

Que faire, quand une collaboratrice est violée dans «notre projet» ou notre zone de projet? Cela constitue-t-il un sujet pour notre organisation partenaire? Est-ce que cela nous concerne? De quelles possibilités d'influence disposons-nous sur le plan pratique? Et sur le plan politique?

Nous creuserons ces questions lors du congrès spécialisé d'aidsfocus.ch «Addressing sexual violence and HIV» qui aura lieu le 10 avril 2014. Nous nous inspirerons des expériences et des connaissances de LifeLine en Afrique du Sud, l'une des organisations soutenues par terre des homme schweiz. Cette dernière a mis en place des rape crises centres dans 11 hôpitaux au sein desquels des femmes et des enfants victimes de violence sexuelle sont pris en charge avec compétence et empathie. Ces centres coopèrent en outre étroitement avec les collectivités locales. Le programme de la DDC dans la région des grands lacs d'Afrique portant le nom «femmes et enfants victimes de violences» constitue un second exemple stimulant. Ce programme propose un soutien psychologique et médical à des milliers de femmes et d'hommes violés provenant des régions secouées par la guerre.

Nous serions ravis de pouvoir discuter avec vous de ces questions lors du congrès spécialisé d'aidsfocus.ch qui se tiendra le 10 avril 2014 et de dégager des solutions possibles.

Helena Zweifel Directrice générale du Réseau Medicus Mundi Suisse, Coordinatrice d'aidsfocus.ch

Abonner les nouvelles