La santé doit être adaptée aux jeunes

Lors d'un congrès du Réseau Medicus Mundi Suisse, des expertes et experts du monde entier ont expliqué comment l'accès à la santé sexuelle et reproductive peut être amélioré pour les jeunes afin d'éviter sensiblement les grossesses adolescentes. Ils ont jugé l'initiative Ecopop comme étant contre-productive et dangereuse.

Il y a 20 ans se tenait au Caire la Conférence internationale sur la population qui posait les fondements d'une politique de développement basée sur les droits des femmes. La santé sexuelle et reproductive joue depuis un rôle central dans la coopération internationale pour la santé. Et la politique démographique a également évolué: la planification familiale volontaire a été beaucoup mieux intégrée dans des mesures globales, favorables au développement.

20 ans après la Conférence sur la population du Caire

Les succès obtenus depuis la conférence du Caire de 1994 sont perceptibles. Davantage de femmes ont accès aux prestations de santé sexuelle et reproductive. La mortalité maternelle a pu être diminuée. Et donc, la mortalité infantile aussi. Mais justement, les jeunes - qui constituent l'un des principaux groupes-cibles - n'ont qu'un accès insuffisant aux services de santé sexuelle et reproductive, constataient aujourd'hui des expertes et experts lors d'un congrès du Réseau Medicus Mundi Suisse à Bâle.

L'éducation sexuelle atteint un nombre trop faible de jeunes. Les établissements de santé ne sont pas axés sur les adolescents. Ils ne les utilisent donc pas. En conséquence, les grossesses adolescentes sont largement répandues et trop de jeunes sont exposées à des interruptions de grossesse précaires. Les intervenantes et intervenants en provenance d'Afrique, d'Amérique latine, d'Asie et d'Europe ont expliqué à l'aide de plusieurs exemples comment les barrières culturelles et sociales peuvent être surmontées et la manière dont les systèmes de santé peuvent être rendus plus accueillants pour les jeunes.

Refus de l'initiative Ecopop

Il est ressorti clairement du congrès que seuls des programmes de développement complets - basés sur des systèmes de santé amples et les droits de l'homme - sont en mesure d'améliorer la situation des jeunes à l'échelle planétaire. Dans ce contexte, l'initiative Ecopop est insuffisante car elle voudrait investir 10% des fonds d'aide au développement suisses uniquement dans la planification familiale volontaire. Les experts présents la considèrent donc comme étant contre-productive et dangereuse.

Martin Leschhorn Strebel
Réseau Medicus Mundi Suisse

Abonner les nouvelles