Les maladies non transmissibles et leurs déterminants

On parle d'une véritable épidémie qui a également atteint les pays aux très faibles ressources. La propagation de maladies chroniques telles que les affections cardio-vasculaires, le diabète ou le cancer étant déterminée par des facteurs sociaux et économiques.

Au cours de cette nouvelle année, le Réseau Medicus Mundi Suisse cible la thématique des maladies chroniques, non transmissibles. Ce faisant, nous démarrons aussi avec un nouveau thème prioritaire qui doit nous accompagner de manière renforcée lors de la période stratégique qui commence maintenant.

La thématique n'est pas nouvelle pour le réseau: nous l'avons sans cesse appréhendée dans le cadre de notre symposium ou de notre revue spécialisée, le bulletin MMS. Car une chose est claire: les maladies cardiovasculaires, le diabète et le cancer ne sont plus, depuis longtemps, des maladies de l'abondance des pays riches; elles représentent plutôt un large défi supplémentaire pour les soins de santé dans les pays du Sud.

La globalisation, le Mexique et le sucre

Ceci a notamment à voir avec la mondialisation: les denrées alimentaires transformées et les boissons sucrées se répandent dans le monde entier de manière illimitée. Elles détrônent les habitudes alimentaires existantes. Le Mexique constitue un exemple extrême. Depuis l'adhésion à l'accord de libre-échange nord-américain, la surcharge pondérale et le diabète ont augmenté de manière extrême. En 2012, les trois principales sources de calories consommées par les Mexicains et les Mexicaines provenaient de boissons sucrées hautement caloriques. De par le monde, le pays présente également de loin le taux de mortalité le plus élevé dû aux maladies chroniques.

Le Mexique a réagi: malgré une résistance acharnée de l'industrie alimentaire, il est l'un des premiers pays à avoir introduit une taxe sur les boissons sucrées. Le besoin financier de l'État et une société civile mexicaine fortement engagée dans la thématique de l'alimentation et de la santé ont été déterminants dans ce processus.

Tout ceci montre que l'épidémie de maladies chroniques n'est pas simplement une évolution fatale mais qu'elle est très fortement associée à des déterminants de santé sociaux et économiques.

Martin Leschhorn Strebel
Réseau Medicus Mundi Suisse

Abonner les nouvelles