Les droits humains dans le quotidien des projets

Vous en faites l’expérience quand vous allez au supermarché : lorsque vous achetez un produit, vous avez la possibilité de choisir soit celui à bas prix, soit la marque du supermarché ou encore le produit plus cher de la gamme luxe. C’est ainsi que fonctionne le marché libre célébré et il nous comble tous. Et si l’un d’entre nous n’en a pas les moyens, il a toujours la possibilité d’aller se procurer les produits périmés à l’arrière du magasin. Sans cesse, des penseurs néolibéraux nous promettent que le marché global de la santé pourrait également fonctionner de cette manière.

Mais la santé n’est pas un produit ordinaire – elle est un des biens essentiels de l’humanité. Le droit à la santé constitue un droit de l’homme. Les exigences envers la politique qui en résultent sont plurielles. Les membres du réseau Medicus Mundi Suisse intègrent également ces dernières de différentes manières dans le processus politique – en Suisse comme dans le monde entier.

Le droit humain à la santé doit également être au cœur du micromanagement des projets de santé. L’approche fondée sur les droits de l’homme est utile à une réalisation structurée. Si des projets en matière de santé travaillent au moyen de cette approche, ils doivent alors incorporer diverses questions : dans quelle mesure le projet améliore-t-il l’accès aux services de santé, en particulier pour les groupes défavorisés ? Dans quelle mesure l’état de santé, en particulier des femmes, des pauvres, des défavorisés ainsi que des groupes de population touchés de manière disproportionnée par la maladie est-il amélioré ? Dans quelle mesure les éléments participatifs sont-ils consolidés et des mécanismes sont-ils prévus pour la remise de comptes-rendus et d’actes de recours ?

Le Ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement a réalisé un guide à ce sujet. Cette approche et ces expériences - intégrées dans la mise en œuvre - seront présentées et discutées à l’occasion du symposium MMS de cette année « La santé – un droit humain », que nous organisons le 8 novembre à Bâle. Nous ne voulons pas perdre de vue les conséquences concrètes pour le travail en matière de coopération de la santé sous tous les angles politiques du droit humain à la santé.

Martin Leschhorn Strebel Membre de la Direction

Abonner les nouvelles