Nouvelles du 24 novembre 2009

La santé est hautement prioritaire pour la DDC

Affections cardio-vasculaires, diabète, cancer: les maladies chroniques progressent dans les pays en développement, accentuant la pauvreté et alourdissant le fardeau pesant sur les systèmes de santé. Le 10 novembre, à Bâle, des spécialistes ont débattu de ce défi lors d’un symposium organisé par Medi-cus Mundi Suisse. L’intervention de Martin Dahinden, directeur de la Direction du développement et de la coopération (DDC), était particulièrement attendue.

Les organisations de coopération en matière de santé représentées à ce symposium se sont réjouies de la présence du directeur de la DDC, en place depuis une année et demie environ, d’autant plus que, dans son discours d’ouverture, il a souligné le rôle important de la santé dans la coopération au développement: «L’amélioration de la santé humaine dans les pays en développement et les pays émergents est hautement prioritaire pour la DDC. Notre récente réorganisation n’a rien changé à cela – au contraire.»

L’énorme progression des maladies chroniques dans le monde pose la question des conditions dans lesquelles le droit à la santé peut devenir réalité. Martin Dahinden juge lui aussi qu’il s’agit là d’un défi majeur: «Nous allons devoir accorder une plus grande attention aux conditions cadres de la santé, indispensables pour l’amélioration des conditions des pays défavorisés et des groupes de population particulièrement vulnérables.»

Les organisations représentées au symposium bâlois et regroupées au sein du Réseau Medicus Mundi Suisse jouent un rôle important à cet égard. Martin Dahinden: «Une société civile forte et vigilante est absolument indispensable à une amélioration de la santé axée sur les besoins et ressources des individus. La riche somme d’expérience des organisations œuvrant dans ce domaine, leur observation anticipative du contexte et leur mobilisation pour répondre aux attentes et besoins de leurs parte-naires dans les pays du Sud et de l’Est jouent un rôle essentiel dans la politique du développement.»

Martin Leschhorn Strebel Membre de la direction

Abonner les nouvelles