Novelles du 6 février 2006

Chère lectrice, cher lecteur,

Malgré le temps froid, les esprits s’échauffent à Berne! Le directeur de la DDC, Walter Fust, et sa cheffe, la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey, sont entrés publiquement dans une vive controverse avec la Commission de gestion du Conseil des Etats, laquelle, dans un de ses rapports, a dénoncé un manque de concentration thématique et régionale de la coopération suisse au développement. Cela mis à part, l’activisme parlementaire ne manque pas en matière de politique du développement: rien qu’en 2006, plus de 40 interventions ont été déposées aux Chambres fédérales sur cette thématique. Et nul doute que les objectifs et stratégies de la coopération au développement continueront cette année de susciter de chauds débats.

Passons de Berne à Bâle – et à Chennai, en Inde: les deux organisations humanitaires influentes que sont la Déclaration de Berne et Médecins sans Frontières se font mutuellement «concurrence» dans une campagne contre Novartis. Ils accusent le géant pharmaceutique de compromettre intentionnellement, à travers une action judiciaire menée en Inde, l’accès de populations démunies à des génériques bon marché, cela dans le seul but de réaliser un profit à court terme.

Quand les grands s’affrontent, les petits ont tout intérêt à ne pas s’en mêler et à suivre l’exemple du «vaillant petit tailleur». Finalement, les membres du Réseau Medicus Mundi Suisse ne sont pas liés par un programme politique, mais «seulement» par une vision commune – la santé pour tous – et un champ d’action commun – la coopération internationale en matière de santé.

Mais ce n’est pas aussi simple, et nous ne demandons pas non plus que ça le soit. Notre travail intervient dans un cadre politique, et notre engagement en faveur de la santé pour tous reflète aussi, toujours, une position de base de nature politique. Comment pouvons-nous faire valoir, dans les processus politiques, cette position de base et le savoir spécifique des organisations membres du Réseau? Qu’avons-nous à dire, à qui voulons-nous le dire et de quelle façon? Voilà des questions qui sont abordées dans ces «nouvelles» et qui nous accompagneront tout au long de l’année. Restez donc en ligne!

Je vous souhaite une bonne lecture.

Thomas Schwarz, codirecteur Medicus Mundi Suisse, Réseau Santé pour tous

Abonner les nouvelles