Nouvelles du 6 juillet 2010

Conférence internationale sur le sida: lancement de «Treasure Memories»

Le travail de mémoire («memory work») est tout à fait propice à aider les personnes qui, en dépit de leur maladie, veulent se donner des perspectives d’avenir. C’est ce que montrent dix années d’expérience en la matière dans le contexte du VIH et sida. Les «memory books» (livres de souvenirs) sont aussi des livres de vie.

Les premiers «memory books» ont été écrits par des parents d’origine africaine malades du sida, lesquels, sentant leur mort prochaine, ont voulu laisser un testament à leurs enfants. D’emblée, le travail de mémoire s’est révélé être un outil efficace pour aider les personnes touchées par le VIH à se réaliser malgré la maladie, et la validité de cette approche n’a cessé de se confirmer à mesure que s’est améliorée l’accessibilité des médicaments antisida, y compris en Afrique. En racontant sa propre histoire et en écoutant les autres faire de même, on met en œuvre d’importants processus. «Cela m’a donné un courage nouveau», a affirmé une femme séropositive après avoir écrit et dessiné son «memory book». «Cet atelier sur les cartes corporelles m’a ouvert les yeux», a déclaré un jeune homme. «J’ai pris conscience de la nécessité de se connaître, de connaître ses forces et ses faiblesses et d’exprimer sa propre vision de la vie.»

En collaboration avec terre des hommes suisse, la plate-forme aidsfocus.ch, coordonnée par Medicus Mundi Suisse, a élaboré une nouvelle «boîte à outils» (toolkit) consacrée au travail de mémoire orienté vers les solutions. Celle-ci comporte des récits et d’expériences relatifs à différentes formes de travail de mémoire, des manuels et deux petits films présentant des exemples puisés en Afrique.

aidsfocus.ch et terre des hommes suisse lanceront cette boîte à outils le 18 juillet 2010 à Vienne à l’occasion de la 18e Conférence internationale sur le sida, dont le thème sera «Les droits, ici et maintenant». Venant du monde entier, les participant-e-s à cette conférence demanderont l’application des droits humains dans le contexte du VIH/sida. Le droit à la santé implique aussi le droit de tous à bénéficier d’une prise en charge globale, à savoir: mesures préventives, traitement antirétroviral, soins adéquats et soutien psychosocial.

Avec cette boîte à outils consacrée au travail de mémoire orienté vers les solutions, nous souhaitons contribuer à la réalisation de ces objectifs.

Helena Zweifel Directrice de Medicus Mundi Suisse Coordinatrice d’aidsfocus.ch

Abonner les nouvelles