Nouvelles du 6 juin 2007

Chère lectrice, cher lecteur,

Plus de 60 organisations de la société civile suisse – œuvres d’entraide, syndicats, associations de femmes, de jeunes, des Eglises, de protection de l’environnement et des droits de l’homme – ont formé une coalition avec pour instrument politique une pétition. Celle-ci demande au Conseil Fédéral et au Parlement de s’engager davantage contre la faim et la pauvreté dans le monde en augmentant son aide au développement à 0,7% du produit national brut d’ici 2015.

0,7% équivalent à 70 centimes sur 100 francs gagnés en Suisse. Pour nous, c’est peu. Mais c’est ce qui permettra de réaliser les Objectifs du Millénaire et de sortir des centaines de milliers d’êtres humains de la pauvreté et de la faim. Pour d’autres, c’est donc beaucoup. Tous les Etats ont adopté à l’unanimité ces objectifs afin de réduire de moitié l’extrême pauvreté et la faim, d’améliorer l’accès à l’eau, à l’éducation et à la santé ainsi que de renforcer la position des femmes d’ici 2015.

Aussi le Réseau Medicus Mundi Suisse soutient la campagne "0,7% - ensemble contre la pauvreté" qui correspond à nos propres revendications: Dans notre déclaration "Pour une politique extérieure solidaire de la Suisse en matière de santé " de l’année passée, nous avons demandé une participation financière appropriée de la Suisse à la santé internationale:

"La santé ne vient pas d’elle-même et n’est pas simplement un sous-produit du développement général. Elle nécessite des mesures spécifiques dans le secteur de la santé, en particulier dans l’amélioration de l’accès de tous les individus aux prestations de santé qui les aident à promouvoir et préserver leur santé, à prévenir les maladies et infirmités et à se faire traiter et soigner. En tant que pays riche profitant fortement, dans son développement économique, des conditions cadres instaurées par la communauté internationale, la Suisse ne peut se soustraire aux attentes des autres Etats à son égard quant à une participation financière appropriée aux engagements internationaux. Nous attendons donc de la Suisse qu’elle adapte à ses possibilités et à sa responsabilité son apport financier à la résolution des problèmes de santé mondiaux."

Ainsi, l'augmentation de l'aide suisse au développement à 0,7% du produit national serait un pas indispensable dans la bonne direction.

Je vous souhaite une bonne lecture.

Thomas Schwarz, codirecteur Medicus Mundi Suisse, Réseau Santé pour tous

Abonner les nouvelles