Pas de développement sans professionnels de la santé

L'Assemblée mondiale de la Santé a récemment adopté un plan quinquennal sur le thème des professionnels de la santé et de la croissance économique. Le débat autour de la pénurie globale de professionnels de la santé est ainsi relancé.

Ces derniers temps, les médias ont gardé le silence sur la pénurie des professionnels de la santé. Pourtant, la problématique subsiste : une société vieillissante a, à juste titre, des exigences plus élevées envers les soins de santé, tant qualitativement que quantitativement. Cela augmente les besoins en personnel de santé bien formé - un besoin que la Suisse ne peut pas assumer elle-même, étant ainsi en opposition au code de pratique mondial pour le recrutement international des personnels de santé. Dans l'avenir, la Suisse sera, comme d'autres pays riches, également contrainte de recruter à l'étranger – et si nécessaire, d'engager du personnel provenant de pays disposant de systèmes de santé plus faibles.

Agenda 2030 de développement durable sans professionnels de la santé ?

Les projections sur le développement mondial jusqu'en 2030 sont impressionnantes : 40 millions de nouveaux postes dans le secteur de la santé seront nécessaires dans le monde – il manquera alors 18 millions de postes dans les pays ayant un faible revenu national. La question se pose donc de savoir comment, dans ces circonstances, les objectifs de l'agenda 2030 de développement durable de l'ONU comme Pas de pauvreté (objectif 1), Santé et bien-être (objectif 3), Éducation de qualité (objectif 4), Égalité des sexes (objectif 5) ou Travail décent et croissance économique (objectif 8), pourraient être atteints.

Il est clair qu'un effort important est nécessaire dans les pays en voie de développement, pour d'une part investir dans la formation des infirmières, des médecins féminins ou des sages-femmes, mais aussi, d'autre part, pour assurer sur place des conditions de travail satisfaisantes, qui permettent au personnel de santé d'effectuer son travail. Dans la cas contraire, le personnel s'en ira rapidement.

Heureusement, le débat sur l'importance d'un personnel de santé bien formé reprend lentement. En mai, l'Assemblée mondiale pour la Santé a adopté le plan quinquennal «Health Employment and Economic Growth», préparé à l’initiative de l'ONU. Le quatrième forum «Global Forum on Human Resources for Health» aura lieu en novembre à Dublin. Et le 4 septembre, le Réseau Medicus Mundi Suisse discutera de cette thématique avec l’ Association suisse des infirmiers et infirmières lors d'une table ronde.

Martin Leschhorn Strebel
Réseau Medicus Mundi Suisse

Abonner les nouvelles