Alimenter les médias sociaux

En tant que réseau d’organisations actives dans la santé internationale, nous voulons que notre travail ait aussi un ancrage dans la population suisse. C’est en suscitant la compréhension à l’égard des problèmes spécifiques des pays d’engagement que nous obtiendrons la légitimité nécessaire auprès des contributeurs financiers, des milieux politiques et de l’administration.

Mais il est de plus en plus difficile de toucher un public plus large que celui des médias tradi-tionnels. Cela est dû principalement à un changement structurel majeur: l’utilisation des mé-dias, tout comme les médias eux-mêmes, ont subi une profonde transformation. Un flux ininterrompu d’informations brèves nous inonde sans filtrage ni hiérarchisation via les journaux gratuits, twitter ou Facebook. A l’inverse, les médias traditionnels, en particulier les journaux quotidiens, ont de moins en moins de moyens et d’espace pour présenter des analyses et comptes rendus un tant soit peu approfondis.

Toujours plus d’organisations non gouvernementales réagissent à cette nouvelle donne en recourant aux médias sociaux comme Facebook et twitter pour attirer l’attention sur leur travail. Ce sont évidemment les lieux où nous devons être présents aujourd’hui. Mais les défis qui se posent sont énormes et dévoreurs de ressources. Comment les petites et moyennes organisations, en particulier, doivent-elles s’y prendre pour s’assurer une visibilité permanente auprès de ce public élargi? Comment faire pour susciter, avec des informations fragmentaires, la compréhension à l’égard de problèmes hautement complexes? Et puis, en tant qu’utilisateurs et utilisatrices, nous avons aussi à nous demander comment maîtriser ce flot d’informations.

Le Réseau Medicus Mundi Suisse fait face à ces défis en apportant quelques adaptations à son site web www.medicusmundi.ch. Nous proposons désormais des dossiers réunissant les prin-cipaux articles et informations de fond sur des thèmes spécifiques. Le but est d’aider nos visiteurs et visiteuses à maîtriser le flot d’informations. Par ailleurs, il est dès maintenant pos-sible de diffuser aisément, via twitter, Facebook ou e-mail, nos rapports de fond, les annonces de manifestations et les nouvelles de nos membres. N’hésitons donc pas à nourrir les médias sociaux avec les thématiques qui nous sont chères!

Martin Leschhorn Strebel Membre de la direction

Abonner les nouvelles